Aller au contenu

Et si je faisais attention à la qualité de l’air !

Avec les chaleurs estivales, les pics de pollution reviennent et s’éternisent dans nos villes. La qualité de l’air, qui est contrôlée par plusieurs associations françaises, est à prendre en compte afin d’économiser sa santé, son argent et l’environnement.

Geekonome.fr AirBonjour,

Aujourd’hui dans ma région, comme dans beaucoup d’autres, on traverse un énième épisode de pollution. Que ce soit en hiver ou en été, ces pics de pollution sont la réunion de conditions météorologiques bien particulières et des gaz émanant de l’activité humaine.

 

Il s’agit, pour le coup, d’un pic d’ozone, qui est la conséquence d’une absence de vent, et de fortes chaleurs sur des micro-particules et de l’oxyde d’azote.

Une forte concentration d’ozone dans l’air peut provoquer des irritations des yeux, du nez, de la gorge, des inflammations pulmonaires et des crises d’asthme.

Afin de connaître l’arrivée et la présence de ces pics de pollution vous pouvez consulter des sites internet tels que Air Rhône Alpes  , Airparif , Atmo Aquitaine,  et bien d’autres …

Je vous donne les conseils que j’ai trouvé sur un site Belge dont j’adore le slogan « contre les pics je m’implique »

Quand des « alertes » sont lancées par les autorités via les médias, voici les comportements à adopter.

  • Limiter vos activités à l’extérieur, surtout si vous êtes une personne plus sensible, faisant partie des groupes suivants :Renoncez à la pratique d’un sport, surtout intensif ;
    • bébés et jeunes enfants : leur appareil respiratoire étant immature, ils sont beaucoup plus sensibles que les adultes à la pollution ;
    • personnes âgées : leurs défenses respiratoires sont diminuées ;
    • personnes atteintes de pathologies respiratoires (sinusite chronique, bronchite chronique, rhinite, asthme, insuffisance respiratoire chronique…) : leurs muqueuses respiratoires sont fragilisées ;
    • personnes présentant des pathologies cardiovasculaires qui, vu leur état, sont plus sensibles à tout effort quand l’air est de mauvaise qualité ;
  • Participez à l’effort collectif de diminuer la pollution ambiante :
    • utilisez le moins possible votre voiture ;
    • si vous devez rouler, faites-le à vitesse réduite ;
    • évitez l’utilisation de matériel fonctionnant à l’essence (par exemple : tondeuses, broyeurs…) ;
    • évitez l’utilisation d’aérosols et de produits à base de solvants (colles, peintures, vernis…).

Tout cela pour dire que via nos modes de consommation, nous sommes responsables de phénomènes qui nuisent à notre santé, or,  la santé nous coûte beaucoup d’argent.

Si on réduit en particulier cette pollution, en limitant par exemple l’usage de nos voitures, on pourrait faire des économies financières mais aussi protéger notre santé et l’environnement.

Puzzling World

 

Un ptit commentaire SVP